Château-Pymont

2019

essai 3

2020

essai

2020

essai -1

2020

essai 2

2020

essai 4

2020

essai 5

2020

Suivez la naissance de votre vin


    Dolore magna aliqua

    Morbi eleifend a libero

    Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

    Dolore magna aliqua

    Morbi eleifend a libero

    Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

    Dolore magna aliqua

    Morbi eleifend a libero

    Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

    Dolore magna aliqua

    Dolore magna aliqua

    Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

    Dolore magna aliqua

    Dolore magna aliqua

    Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

    Dolore magna aliqua

    Morbi eleifend a libero

    Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

    Dolore magna aliqua

    Morbi eleifend a libero

    Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

    Dolore magna aliqua

    Dolore magna aliqua

    Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start writing!

    Un vin puisé
    au cœur de l’histoire

    Le château de Pymont a été construit au milieu du XIIIe siècle par la famille de Vienne.

    La construction nécessita beaucoup de corps de métier, tailleurs de pierres, carriers, maçons, maîtres-d’œuvre, charpentiers, tuiliers, forgerons… tous provenant de la population locale. Seuls les Vienne pouvait se permettre de payer autant de main d’oeuvre, ce qui explique l’accord passé en octobre 1253 entre les Vienne et les Chalon, afin de ne pas construire de nouvelle forteresse dans la vallée de Lons.

    Le château est implanté sur une colline à l’entrée du premier plateau jurassien et il couvre une superficie d’un demi-hectare, dont 2 800 m² défendus par un rempart. Il est l’un des trois châteaux protégeant la cuvette de Lons-le-Saunier avec ceux de Montmorot et de Montaigu et la domine d’une bonne centaine de mètres.

    Le château de Pymont fut gouverné par les Vienne jusqu’en novembre 1369.

    En 1295, les seigneurs comtois se rebellent contre Philippe le Bel, mais finissent par se soumettre.

     

    En 1340, Philippe II de Vienne est excommunié pour fausse monnaie et, neuf ans plus tard, la peste noire frappe le château.

    En 1361 une compagnie de mercenaires parvient à faire tomber le château sous la direction de Jacques Huet, qui attaquera par surprise et poussera la témérité jusqu’à rançonner ses prisonniers. La forteresse est cependant reprise peu de temps après.

    Sans postérité, Hugues II de Chalon-Arlay, propriétaire de Chalon depuis 1369, le donna le 8 juillet 1385 à son demi-frère, Jean bâtard de Chalon.

    S’ensuit une très longue série de possesseurs et, finalement, Jacques-Joseph Jacquemet, descendant d’un lédonien, est le dernier sire de Pymont et meurt à Lons le 30 mars 1831 sans postérité, laissant le domaine de Pymont à son neveu Claude-Joseph-Henri Oudet.
    Aujourd’hui le propriétaire est François-Xavier Thorrens, qui a racheté le domaine à la famille de La Marguerie et fait aujourd’hui parler l’histoire de cette terre en y cultivant une vigne de caractère, riche de son histoire.

    « Qu’est-ce que le vin ? C’est un corps vivant où se tiennent en équilibre les “esprits” les plus divers, les esprits volants et les esprits pondérés, conjonction d’un ciel et d’un terroir.»

    Gaston Bachelard